Le quartier des Sécheries, septembre 2019 © Alexandre Murer / CITY Linked

Nous le constations en réalisant notre ouvrage Ça déménage dans l’aménagement (2019) et le confirmions à la publication de Questions à toits multiples (2020) : la fabrique de la ville durable et écologique est au cœur des attentes des urbains. Ces orientations ne sont pas nouvelles, bien sûr, mais les confinements imputables à la crise sanitaire ont exacerbé la valeur d’usage des espaces de respiration en ville. Les scrutins municipaux de 2020 ont fini d’en faire la démonstration : la ville de demain sera vivable, ou ne sera pas. Pour approfondir ce sujet de la ville écologique incontournable, au cœur de nos convictions pour penser la ville collective, nous dédions une saga thématique sur notre blog…

Le projet du quartier des Sécheries, à Bègles en Gironde, fait partie des projets vertueux qui ont cherché à anticiper ces attentes en les intégrant dès la programmation de l’opération. Inscrit au sein d’une ZAC multisite créée en 2002, le quartier des Sécheries est en cours de livraison après une refonte profonde du projet d’aménagement en 2010-2012. Il s’étend sur 9 hectares, et accueille 440 logements compactés pour n’occuper que 30% de l’emprise foncière aménagée. Les maîtres d’ouvrages (Bordeaux Métropole et la Ville de Bègles) ont choisi le bailleur social Aquitanis pour aménager le quartier. Ce dernier se distingue par le foisonnement végétal et la discrétion de l’architecture, fruits de la complicité de l’architecte-urbaniste et du paysagiste coordonnateurs de l’opération : respectivement Alain Charrier Architecture et Trouillot & Hermel.

Ce qui a retenu notre attention dans cette opération, ce n’est pas (seulement) son architecture accueillante, ou même son cadre paysager verdoyant, non : c’est… son parking silo. Solution toute trouvée de tout maire défenseur de ses automobilistes, le silo se résume trop souvent au gâchis visuel (lorsqu’il devient verrue urbaine) ou spatial (lorsqu’il est surdimensionné). Celui des Sécheries nous a interpellés par son caractère réversible et son ingéniosité à marier vocation automobile et fonction support d’usages habitants.

Le parking silo du quartier, photographié par l’aménageur © Alban Gilbert / Aquitanis

Début 2021, nous sommes donc allés à la rencontre des principaux acteurs qui ont suivi l’émergence de ce parking réversible original, qui ont accompagné son montage, sa réalisation, et qui le voient désormais vivre au sein du quartier livré. Sur notre blog Détour, nous publierons prochainement cette « saga du parking des Sècheries », sous la forme d’une série d’entretiens avec ceux qui ont fait le projet. Au menu, des échanges passionnants et parfois étonnants avec les acteurs phares du projet :

  • Duncan Lewis, fondateur de Duncan Lewis landscape architecture, architecte du parking ;
  • Matthieu Zimmer, fondateur de Deux Degrés, médiateur du projet urbain ;
  • Ulrich Rodrigo, responsable du service urbanisme et habitat de la Ville de Bègles ;
  • Adrien Gros, directeur de l’aménagement urbain d’Aquitanis, aménageur du quartier des Sécheries ;
  • Nicolas Andreotti, directeur général de Metpark, gestionnaire et maître d’ouvrage du parking ;
  • Miguel Seguin, directeur technique au sein de Metpark ;

Dans les prochains jours, nous vous partagerons donc les coulisses de cette opération remarquable, qui nous l’espérons, pourra inspirer plus d’un acteur de la fabrique urbaine désirable ! En attendant, vous retrouverez ci-dessous les repères sur le parking étudié.

Principales caractéristiques du parking silo réversible des Sécheries © CITY Linked

***

CITY Linked, 2021 | Marie Fruleux, Alexandre Murer, Violette Salin

sur le même sujet

Toit Moi Nous à Villeneuve d’Ascq

Dans le cadre de notre livre blanc en faveur de la ville pour tous, nous nous sommes penchés sur de nombreux projets inspirants, en France et au-delà. Aujourd’hui, c’est le projet d’habitat participatif et intergénérationnel Toit Moi Nous, à Villeneuve d’Ascq (59), que nous souhaitons vous partager. Avec ce projet d’habitat groupé solidaire, comment mieux…

Lire la suite

Lire la ville

La ville ne cesse de se transformer : on n’habite plus, on ne travaille plus, on ne consomme plus… on ne vit plus comme on le faisait hier. Depuis bientôt 4 ans, notre observatoire urbain s’est structuré autour de l’observation, la compréhension et le partage des transformations de la ville pour donner à voir les nouveaux…

Lire la suite