Source : La Voix du Nord

Dans le cadre de notre livre blanc en faveur de la ville pour tous, nous nous sommes penchés sur de nombreux projets inspirants, en France et au-delà. Aujourd’hui, c’est le projet d’habitat participatif et intergénérationnel Toit Moi Nous, à Villeneuve d’Ascq (59), que nous souhaitons vous partager. Avec ce projet d’habitat groupé solidaire, comment mieux répondre au vieillissement de la population, tout en imaginant un nouveau mode d’habiter ?

Tout commence au milieu des années 2000, avec la publication d’une étude sur le vieillissement de la population, mettant en avant le phénomène dans la commune de Villeneuve d’Ascq. Concomitamment à cette étude, un groupe de seniors s’étonne du manque de solutions résidentielles leur étant proposées ; les logements sont trop grands, souvent trop chers, et surtout trop dispersés. Commence alors l’aventure de Toit Moi Nous. Le groupe de personnes âgées, composé d’une dizaine de personnes, monte tant bien que mal un dossier d’habitat participatif, auquel se rattache très rapidement une dimension intergénérationnelle. Accompagnés par le bailleur Mon Logis, aujourd’hui rattaché au groupe 3F, les futurs habitants se heurtent à la difficulté de trouver un terrain, ainsi qu’aux nombreux accrocs liés au modèle économique de l’habitat participatif. C’est notamment le financement des espaces communs qui pose le plus problème. Il faudra près d’une dizaine d’années pour que le projet sorte de terre.

En termes d’habitat participatif intergénérationnel, l’association Toit Moi Nous, à l’origine de l’opération, fait aujourd’hui référence. Le projet compte 22 logements, associant une offre sociale en PLAI, une offre en accession maîtrisée avec du PSLA, ainsi que du logement libre. Cœur de cible de l’opération, les seniors sont âgés de 60 à 80 ans, soit une grande diversité de profils ! La résidence accueille également une famille, des personnes célibataires, ainsi que des couples. Des sessions d’enregistrement, des cours de langue, des ateliers de bricolage, ainsi qu’un jardin partagé, constituent le cœur des activités en commun, véritable socle du projet social de la résidence. Car au-delà de logements plus adaptés et de fortes relations de voisinage, ce sont les notions de partage et de solidarité qui sont conviées au projet. Facile tous les jours ? Sûrement pas ! Une charte de vie commune permet de chapeauter les relations humaines, parfois confrontées aux heurts inévitables de la vie en commun. Mais rien d’insurmontable … Presque cinq ans plus tard, le projet de Toit Moi Nous continue de fonctionner, et les voisins sont toujours heureux.

Dans le cadre de notre livre blanc, à paraître courant octobre, nous vous donnerons davantage d’informations sur le montage d’une telle opération, en apportant des retours d’expérience de membres de l’association. Plus que quelques mois d’attente ! D’ici-là, retrouvez-nous au Forum des Projets Urbains le 21 juin 2021 au Palais des Congrès de Paris, organisé par Innovapresse, du groupe Ficade !

Source : La Voix du Nord

***

Ouvrage réalisé avec le soutien de ALIOS, AREP, BNP PARIBAS REAL ESTATE, CITALLIOS et le CONSEIL DEPARTEMENTAL DES YVELINES.

sur le même sujet

La ville bienveillante nécessaire

#logement  

La dissociation foncier/bâti : pour l’accès à la propriété Être propriétaire de son logement : un rêve français Avec 58% de propriétaires, la France est l’un des pays européens où cette part est la plus importante… L’aspiration à « son chez-soi », encouragée par les politiques du logement successives (à travers les aides à la pierre notamment), demeure encore…

Lire la suite