© CITY Linked

CITY Linked s’est engagée, depuis plusieurs mois, dans des démarches permettant d’explorer les leviers pour que l’aménagement de nos villes soit inclusif. Aujourd’hui, nous lançons, avec les étudiants du Master 1 de l’Ecole d’Urbanisme de Paris et leurs encadrants (Florine Ballif et Gonçal Cerda-Beneito), une étude sur les conditions de la production d’une ville plus inclusive.

« Le sens politique et social de l’inclusion offre deux approches complémentaires : celle par les publics et celles par les usages » (ADEME, 2018). Force est de constater que – souvent à la faveur de mouvements associatifs et/ou de professionnels engagés – l’approche par les publics est largement privilégiée pour aborder l’amélioration de l’urbain. Les publics correspondent à « toutes les populations jugées peu légitimes ou invisibilisées dans la fabrique urbaine » (F. Valegeas), ils correspondent aussi souvent aux catégories de populations perçues comme vulnérables par la société. Cette situation commune justifie souvent l’idée selon laquelle « si l’on prend en compte tel public, alors on prend en compte tout le monde ». On retrouve ainsi des communes engagées dans des démarches liées à la prise en compte du genre, des enfants, des séniors ou des handicaps, etc.

La meilleure prise en compte de chacun de ces publics s’appuie en effet sur des enjeux communs. La mise en évidence et l’analyse de ces enjeux transversaux doit permettre de révéler les fondamentaux de la production d’espaces inclusifs. Mais la prise en compte de ces publics repose aussi sur des enjeux spécifiques à chacun, qu’il convient de mettre en évidence pour éclairer les choix faits en matière d’aménagement urbain.

À partir d’entretiens menés auprès de différents acteurs de la ville, de l’état de l’art, d’identification de données clés,, il s’agira de comprendre en quoi ces publics font l’objet d’un accès inégalitaire à l’espace, et de mettre en évidence les enjeux transversaux et spécifiques d’une meilleure prise en compte de chacun des publics suivants : les femmes, les enfants, les personnes âgées, les personnes en situation de handicap ou en situation de précarité.

Il s’agira également de référencer les démarches à l’œuvre en France et en Europe pour mettre en lumière les initiatives inspirantes. Nous nous attacherons à illustrer une grande diversité de projets, permettant de couvrir des situations urbaines différentes et ainsi sortir des catégories habituelles d’actions. A titre d’exemple, il ne s’agit plus seulement de traiter la question du genre dans l’aménagement quasi-exclusivement à travers les sujets d’espace public, ou celle des séniors quasi-exclusivement à travers la question de l’adaptation de l’habitat.

Par ce travail, qui aboutira à la production d’un livre blanc, nous souhaitons donner de la contenance à une promesse qui reste souvent un vœu pieux faute de savoir comment (bien) la mettre en œuvre de manière concrète dans la conception des projets urbains et immobiliers.

***

sur le même sujet

Le nouveau Schéma Régional de Coopération Intercommunale

#collectivites   #competences   #dynamiques-territoriales  

Alors que les modalités de gouvernance de la future Métropole du Grand Paris sont encore en discussion dans le cadre de la loi NOTRe, la grande couronne francilienne s’apprête, elle aussi, à voir son organisation institutionnelle profondément transformée. Le Schéma Régional de Coopération Intercommunale (SRCI) vise à promouvoir un développement polycentrique de la région par la…

Lire la suite

J’habite un quartier

#logement   #QTM  

J’habite… mon quartier Un kilomètre à pieds… ça n’use pas tellement les souliers. Ce serait même une distance vitale, à parcourir chaque jour, si l’on en croit les pratiques conseillées de ces derniers mois. Un cercle d’un kilomètre de rayon s’étend sur 3,14 kilomètres carrés, de quoi contenir pas mal des lieux nécessaires à la…

Lire la suite