Source : Hager Landschaftsarchitektur

Dans le cadre de notre livre blanc en faveur de la ville pour tous, nous nous sommes penchés sur de nombreux projets inspirants, en France et au-delà. Aujourd’hui, c’est le projet du parc Rudolf Bednar dans la capitale autrichienne qui attire notre attention. A travers une approche autour du genre dans l’espace public, le réaménagement de cet espace vert vise à toucher d’autres publics, et mobilise l’un des principes chers à la ville pour tous. Une source d’inspiration ?

En matière d’aménagement sensible au genre, la ville de Vienne en Autriche fait référence. Et pour cause ! Dès 1997, avec le vaste projet de Frauen Werk Stadt (« femmes, travail, ville »), visant à la création de 357 logements sociaux, la municipalité a fait de l’égalité femmes/hommes un axe central de sa politique urbaine. Au-delà de la conception des logements, cette démarche issue du gender mainstreaming, a également porté sur les espaces publics ou la signalétique. Plus largement, avec la création d’un bureau de coordination pour la planification urbaine chargé des besoins des femmes dès les années 1990, la capitale autrichienne fait figure de pionnière.

Le réaménagement du parc Rudolf Bednar, étendu sur près de 31 000m², donne à voir cet engagement. Prenant place sur l’ancienne gare du Nord de la ville (Nordbahnhof), l’actuel espace vert a vu le jour suite à un concours européen lancé en 2005 pour le réaménagement du site. A proximité directe du cours du Danube, à seulement quelques arrêts de métro du centre historique de Vienne, le quartier connaissait alors une profonde dynamique de renouvellement, parachevée par la construction, quelques années plus tard, du Campus Gertrude-Frölich-Sandner, accolé au parc.

Source : Google Street Map

Lauréat du concours, le projet du cabinet Hager Landschaftsarchitektur souhaite favoriser l’appropriation du nouveau parc par des publics féminins, suite au constat d’une forte désaffectation des espaces publics par les filles dès l’âge de 10 ans. Pour cela, la programmation ne se limite pas aux jeux de ballons, mais propose des activités d’escalade, de volley-ball, ainsi que d’autres activités plus calmes, notamment tournées vers la rencontre et la convivialité.

L’aménagement paysager du parc va également dans ce sens, avec l’absence de bosquets, de grilles, ou d’obstacles visuels, dans le souci de limiter les recoins et de favoriser la covisibilité, pour renforcer le sentiment de sécurité. Les nombreuses plantations et la présence d’espaces en eau sont quant à elles prévues pour améliorer le caractère hospitalier du site. Enfin, l’installation de toilettes est également conçue pour répondre aux besoins de l’ensemble des publics. De quoi nous donner des idées pour nos propres espaces verts !  

Selon nous, l’histoire du parc Rudolf Bednar dépasse la question du genre et s’inscrit pleinement dans le champ de la ville pour tous, notamment à travers le principe de programmation spatialement différenciée selon les usages. Cette dernière repose sur la spécificité des besoins des différents publics, enfants, adultes, seniors etc. Alors que les premiers ont le plus souvent tendance à se tourner vers des activités physiques, sportives et bruyantes, les derniers privilégieront davantage des activités de détente et de convivialité, souvent antinomiques avec les activités des plus jeunes. Afin de limiter les conflits d’usage issus d’un aménagement uniforme prétendant accueillir tous les publics, la programmation spatialement différenciée entend allouer chaque portion d’espace à des activités variées, afin que coexistent, à une échelle plus large, l’ensemble des populations.

Dans le parc Rudolf Bednar, c’est dans la partie Sud que sont orientées les activités des publics jeunes (jeux de ballons, skate-park etc.), tandis que les activités plus calmes (hamacs, assises à l’ombre etc.) sont davantage situées dans la partie Nord et Est, davantage occupées par des publics familiaux et seniors.

Source : Wikimedia, Peter Gugerell

La programmation spatialement différenciée est un sujet complexe sur lequel nous nous penchons largement dans notre  livre blanc, à paraître courant octobre. Vous y retrouverez une multiplicité de cas d’études et d’expérimentations afin de mettre en lumière toutes ces démarches inspirantes, et nous vous présenterons les enseignements que nous en tirons pour l’aménagement futur. Plus que quelques mois d’attente !

***

Ouvrage réalisé avec le soutien de ALIOS, AREP, BNP PARIBAS REAL ESTATE, CITALLIOS , et le CONSEIL DEPARTEMENTAL DES YVELINES

sur le même sujet