CITY Linked © Marine BURTIN

Alors même que la lutte contre l’étalement urbain et l’artificialisation des sols est affichée comme un objectif de politique majeur, la densité fait débat.

En effet, la densité crispe de plus en plus les esprits. Les habitants s’y opposent car pour eux la densité est synonyme de promiscuité, de grande hauteur, de cités HLM, d’insécurité, d’espaces de vie contraints et peu qualitatifs. Beaucoup s’opposent aux projets de densification car ils associent souvent construction et détérioration environnementale.

La densité permet pourtant de répondre au zéro artificialisation nette (ZAN) et de construire la ville sur la ville tout en mixant les usages sans l’étendre à l’infini.

Cet été, dans le cadre de notre grande enquête « Le logement du Grand Paris d’Ile-de-France ; comment (ré)concilier les acteurs pour (re)construire ? », nous vous avons interrogés pour comprendre les causes de cette mauvaise presse.

© CITY Linked

Retrouvez ICI tous les résultats de notre grande enquête « Réconcilier les acteurs pour (re)construire »

Dans le cadre de la matinée-débat que nous avons organisée pour la restitution des résultats le 20 octobre dernier, les acteurs autour de la ville ont complété ces propos. Ce qui est ressorti de ces échanges, c’est qu’il peut être pertinent de faire de la densité, certes, mais différemment et surtout avec beaucoup de pédagogie auprès de la population. Services, aménité, accessibilité sont autant de préalables nécessaires à l’acceptabilité de la densité.

Pour ce faire, quelques pistes ont été évoquées pour proposer d’autres façons de faire et de vivre la densité, parmi lesquelles :

  • Cibler les secteurs de construction
  • Prioriser la qualité
  • Optimiser la gouvernance des projets
  • Systématiser une approche pour une meilleure acceptabilité : peut-être devons-nous modifier nos habitudes de langage quand nous, concepteurs de la ville, évoquons la densité ?
  • Mener un véritable travail de pédagogie pour sensibiliser élus, citoyens mais également les opérateurs autour de la question de la densité.

Retrouvez notre support de conférence ICI

***

sur le même sujet

Urbanisme “sous confinement” (1/5)

#amenagement  

Mobilité en temps de crise: domicile-travail, un trajet qui peut s’effacer ? Notre époque est caractérisée par l’hyper-mobilité[1]. Comme l’explique l’économiste Yves Crozet “En France, chaque habitant parcourt dix fois plus de kilomètres qu’il y a deux siècles”[2]. Nos déplacements ne cessent de croître, et en premier lieu ceux domicile-travail.[3] Et pourtant, depuis deux ans,…

Lire la suite