Il manquerait entre 800 000 et 1 000 000 de logements en France et il faudrait en construire 500 000 par an (dont 150 000 sociaux) pour satisfaire les besoins de la population.

Néanmoins, si les mises en chantier atteignaient plus de 380 000 logements à l’échelle nationale en 2017, elles ont chuté depuis, pour atteindre près de 362 000 logements en 2019 (dans un contexte d’attentisme pré-électoral), et à peine 317 000 logements en 2020 (où les retards dans les résultats des élections, couplés à une crise sanitaire sans précédent, ont mis à mal les projets immobiliers des opérateurs). La crise économique actuelle ne fait que renforcer cette production fortement mise à mal.

Face à ces données chiffrées, une tendance semble pourtant émerger de la part des habitants et de ses représentants : une volonté de moins de bétonnisation pour plus de vert.

La crise sanitaire, la vague verte écologique des dernières élections municipales, la suppression de la taxe d’habitation, une tendance sociétale au « NIMBY », (Not In My Backyard), la perte d’ingénierie au sein des collectivités, autant de sujets qui peuvent expliquer à des niveaux variés cette tendance qui conduit à un « rejet » actuel de la densité perçue par les élus dans le cadre des projets urbains.

La Métropole du Grand Paris, à travers notamment ses opérations d’intérêt métropolitain, est confrontée à une interrogation grandissante de la part des élus concernant la densité dans les projets.

Afin de poursuivre une démarche constructive avec les collectivités, la MGP a souhaité ainsi mener une réflexion prospective auprès de CITY Linked, afin d’appréhender, dans une approche pédagogique, ce que pourrait être « la densité désirable, acceptable ».

sur le même sujet

Rencontre avec Sinny & Ooko

Dans notre nouvel ouvrage, le « Guide des Nouvelles Programmations », nous tentons de repérer, cataloguer, et analyser quelques-unes des idées neuves (et pour certaines, déjà plus si neuves que ça) qui se proposent de canaliser et d’adresser les besoins toujours plus protéiformes des utilisateurs de la ville. Retrouvez notre tour d’horizon de ces tendances actuelles, et…

Lire la suite

Contribution à l’élaboration d’un PLUI-HD sous le prisme de la « Ville pour tous »

La Communauté de Communes de Caux-Austreberthe, composée de 9 communes et représentant près de 25 000 habitants, s’est engagée dans l’élaboration de son Plan Local d’Urbanisme intercommunal – valant plan local de l’Habitat et plan de Déplacements (PLUi-HD). En complément, la Communauté de Communes a validé il y a deux ans un Projet de Territoire,…

Lire la suite