© CITY Linked

La ville se transforme, nous vous expliquons comment, en synthèse !

En 40 ans, la manière de penser et d’aménager les villes a considérablement évolué. Au cours des dix dernières années, tout a bougé : acteurs, procédures, terrains d’intervention… jusqu’au vocabulaire.

C’est pourquoi, nous avons souhaité, dans le cadre de notre collection d’ouvrages portant sur les transformations de la ville réalisée en partenariat avec Catherine Sabbah, prendre un temps d’analyse de toutes ces évolutions : c’est l’objet de notre livre paru en novembre dernier, Ça déménage dans l’aménagement.

L’ouvrage analyse les grandes tendances et observe à la loupe une vingtaine de projets, à l’étude ou en chantier. Pourquoi faudrait-il construire une tour à Charenton-le-Pont ? Comment ramener de la nature en ville à Versailles ? Faut-il plus de commerces à Bordeaux, et où les proposer ? Comment dépolluer les sols ? Faut-il démolir ou transformer ?

Ces questions liées aux besoins des villes et/ou à la vision politique de leurs élus ne sont pas indépendantes de leurs conditions de production et de financement ; c’est pourquoi nous avons aussi décortiqué les montages juridiques et les choix techniques qui en découlent. La ville se privatise-t-elle ? Quelles conséquences sur sa fabrication, sa gestion ?

Nous avons identifié trois grandes tendances à l’œuvre :

  • L’apparition de nouveaux métiers : la traditionnelle répartition des rôles public / privé est bousculée, comme la hiérarchie classique de l’aménageur, au promoteur jusqu’au client final. Oser se remettre en question, réinterroger nos pratiques, travailler en confiance, doivent donc faire partie de nos nouveaux modes de faire.
  • 3 nouveaux impératifs à une demande sociale de plus en plus impérieuse: défi climatique, transition énergétique, révolutions technologiques, nouvelles attentes démocratiques, nouveaux usages… Les villes (et les projets) doivent répondre à ces questions qui ne se posaient pas auparavant, pour plus d’écologie, de démocratie et de partage.
  • Des terrains à inventer : le monde de l’aménagement est confronté à la problématique foncière, voilà au moins une donnée qui ne change pas. Il faut donc se montrer inventif, réinvestir des terrains déjà artificialisés, pour lutter contre l’étalement urbain. Nous avons identifié plusieurs situations foncières qui prouvent que la France ne manque ni de terrains, ni d’idées.

Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces analyses dans notre ouvrage « Ça déménage dans l’aménagement », disponible auprès de la librairie du Pavillon de l’Arsenal, de la librairie Volume et de la librairie de la Maison de l’Architecture.

Mais pour les plus pressés, ou ceux qui préfèrent aller à l’essentiel, nous vous offrons notre synthèse téléchargeable (Ici) !

Bonne lecture à tous !

***

sur le même sujet

La Maîtrise d’Usage ou l’exercice d’un droit à la ville

#amenagement   #çademenage   #democratie-participative  

Le concept de « maîtrise d’usage » est apparu en 1985 avec la loi MOP (loi relative à la maîtrise d’ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée) et se distingue de la concertation par la méthodologie, les objectifs et les attendus. Les futurs usagers ne sont pas uniquement sollicités pour donner…

Lire la suite

La smart-city, quelles avancées? (2/2)

#prospectives   #smartcity  

Une ville a aménager? Dans notre dernier article en date sur la smart-city, nous vous avions présenté ses avancées technologiques et la maturation de sa gouvernance dans les municipalités françaises et étrangères. Si ces sujets conditionnent l’avancée de la smart-city, il fallait bien compléter ce point d’avancement en s’intéressant à la manière dont cette ville…

Lire la suite